Jean-Philippe PETIT

Jean-Philippe PETIT

Déclaration d’intention

Tout a commencé à 00h20 le 3 juin 1970. A moins que ce soit 4 ans plus tard, après un bain de minium, en voulant repeindre la barrière de l'usine voisine: l'odeur de l'essence utilisée pour me nettoyer me donna des idées hautes en couleur et les murs de mes différents domiciles d'enfance se souviennent peut-être encore de mon passage colorant et de mon visage coloré par les colères de mon père. Du coup, à l'école, je prenais bien soin de dessiner sur des feuilles et non sur mes cahiers mais malgré cela ce n'était pas apprécié de mes profs !

Malgré tout, je n'ai dès lors jamais cessé d'explorer un monde abstrait de couleurs. Bien sûr, j'ai eu une période plus figurative pendant ma période tags, que j ai cantonné à d'innombrables feuilles peut-être à cause de mon père, mais surtout parce qu'il est difficile de faire furtivement des dégradés sur des surfaces urbaines.

Je n'ai pourtant pas pris une voie professionnelle directement artistique mais celle d'un apprentissage en imprimerie qui "tache" de nous faire découvrir d'autre couleurs de la vie. Et si le métier ne m'a pas fait impression, ce n'est pas le cas des encres, de leurs mélanges et de leurs dégradés.

A 26 ans, ma vision s'est dirigée vers le néant... Diagnostic: tumeur au centre du cerveau. Opération et retour à une vision transformée et agrémentée de flashes lumineux et colorés dus aux cicatrices de l'opération. Une vie à reconstruire...

Histoire de ne pas rester à ne rien faire, je décide alors de faire une formation de Reiki puis de radiesthésie, activités qui m'occuperont une dizaine d'années sans me convaincre malgré tout. Bien sûr de temps à autre, je peins et le jour où je m'essaye sur une toile, je trouve ce support tellement agréable que je recommence. Enfin j'ai trouvé ce qui me plait !